Les voyages et les aventures ont attiré l’attention de plusieurs écrivains qui leur ont consacré beaucoup d’ouvrages plus ou moins connus. On peut citer parmi d’autres Les voyages de Gulliver par l’écrivain Johnatan Swift où il décrit un personnage qui aime faire des voyages. Si au début, cet homme a utilisé le prétexte de faire fructifier sa fortune afin de justifier ses voyages fréquents, arguant que ses voyages aux Indes ont un but plutôt commercial, il s’est avéré que c’est plutôt pour le goût de l’aventure. Ainsi, il effectue quatre voyages aussi surprenants les uns que les autres pour découvrir d’autres peuples et d’autres civilisations. Le premier le mène à Lilliput, pays des nains, un deuxième voyage à Brodbindag, pays des géants, puis un troisième voyage à Laputa et autres lieux compliqués et enfin un quatrième voyage chez les Houyhnhnms.

La lecture de ces aventures vécues par le personnage ont attiré grand nombre d’enfants et ont toujours fait partie de la littérature enfantine, même si l’auteur était censé leur donner une portée plutôt satirique afin de mettre en évidence les défauts de la société où il vit et surtout ceux de ses dirigeants. Mais, ce qui est surtout intéressant, c’est ce goût du personnage pour les voyages. En fait, même s’il se trouve en face de grands dangers à chacun de ses voyages et qu’il décide de demeurer chez lui et ne plus partir en mer pour n’importe quelle destination, il ne résiste pas longtemps et finit par reprendre la route.

Les voyages décrits par Swift décrivent donc des pays imaginaires où le héros se trouve en présence de peuples qui le prennent pour un être à part et ne le traitent à aucun moment comme l’un des leurs, il demeurera toujours en tant qu’étranger, de par sa différence, qui est due à sa taille en deux occasions. Trop grand pour le peuple de Lilliput, trop petit pour le peuple de Laputa. Deux voyages originaux au cours desquels le héros se trouve en étranger à cause de sa différence et au cours desquels il vit des moments bien difficiles, mais ce n’est pas cela qui lui fera détester les voyages, puisqu’à chaque fois, il quitte femme et enfant et cherche à vivre de nouvelles aventures, peu importe si elles peuvent comporter des dangers.

D’ailleurs, c’est peut-être bien pour ces dangers en particulier que Gulliver reprend la route avec un plaisir renouvelé en rêvant de rencontrer de nouveaux peuples et de vivre de nouvelles surprises. Bien d’autres auteurs ont décrit des voyages aussi surprenant les uns que les autres et où le fantastique se mêle à la science fiction, pour un plaisir renouvelé du lecteur qui apprécie l’aventure en général.

Catégories : Voyager